Artist statement

 Suite à mes expériences personnelles et ma formation artistique au sein de l'academie des beaux-arts de Kinshasa (RDC), ma démarche artistique est une forme de thérapie qui interpelle l'espace et le monde qui nous entoure, une machine à se projeter dans l'histoire des civilisations passées, tout comme une machine à se projeter dans un futur proche et lointain. Mon art se crée tout un « univers refuge » basé sur l'imaginaire qu'on pourrait qualifié d'utopique, car mon art me sert aussi souvent à m’évader et m'échapper de la réalité quotidienne. C’est une forme d’élévation et d’émancipation cérébrale face au sentiers battus d’une société qui joue à la fois proie et prédateur. Du point de vue engagement, l'art est une arme politique à mes yeux, une tribune par laquelle on peut revendiquer et dénoncer des abus commis par des personnes ou des instances politiques, religieuses ou financières qui maintiennes un rapport de force nord-sud. De sorte, mon activité artistique est une forme d'affirmation et d'identification culturelle, car l'histoire de mon peuple m'anime dans mes recherches sur l’ère colonial, postcoloniale et néocoloniale.   Et dans mon travail j'essaye d'explorer ce sentiment ou ce besoin « d'être », qui parfois conduit dans le paraître, ce qui consiste d'essayer de se convaincre soi-même d'être ceux dont les autres voit, donc  s'identifier dans les regards des autres et qui fini a pousser par-êtres ce que les autres ne sont pas, voir même ce que t'est pas ou carrément a ne pas être, et à tous ça se mêle a cette envie profonde d'exister. ce rapport a l'identité, qui pousse a une remise en question de soi-même a fin de déterminer ce qui nous différencie de l'autre ou ce que l'autre ce rend différent de nous, ou peut-être ce qui vous rapproche ou vous rassemble, car la forte envie d'exister ou d'appartenir reste parfois comme la seul raison d’êtres, par ce que l’enjeu devient désormais d'EXISTER a tout prix de peur d'EXIT(é).   


  Following my personal experiences and my artistic training at the academy of fine arts in Kinshasa (RDC), my artistic approach is a form of therapy that challenges space and the world around us, a machine to project itself into the history of past civilizations, just like a machine to project itself in the near future. and far away. My art creates a whole "refuge universe" based on the imaginary that could be called utopian, because my art also serves me often to escape and escape from everyday reality. It is a form of elevation and cerebral emancipation facing the beaten track of a society that plays both prey and predator. From the point of view of commitment, art is a political weapon in my eyes, a platform through which one can claim and denounce abuses committed by people or political, religious or financial bodies that maintain a balance of power north-south. So, my artistic activity is a form of affirmation and cultural identification, because the history of my people animates me in my research on the colonial, postcolonial and neocolonial era. And in my work I try to explore that feeling or need to "be," which sometimes leads into the appearance, which is to try to convince oneself to be ones that others see, so to identify oneself in the looks of others and who ends up pushing through what other people are not, even to see what you are not or not to be, and to all that mixes with this deep desire to 'to exist. this relationship has identity, which leads to self-questioning in order to determine what makes us different from each other or what the other person is different from us, or perhaps what brings you closer or gather you together, because the strong desire to exist or to belong remains sometimes like the only reason for beings, because the stake becomes henceforth to EXIST at all costs for fear of EXIT (é).